Femmes, filles et sciences

L'ONU a identifié le 11 février comme étant la Journée internationale des femmes et des filles en sciences. Selon le l'organisation, le contexte de cette journée se résume ainsi :

Dans le monde entier, il existe depuis des années un écart important entre les sexes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM). Bien que les femmes aient réalisé d’immenses progrès quant à leur participation dans l’éducation supérieure, elles restent sous-représentées dans ces catégories scientifiques.

 

C'est dans le cadre de cette journée que trois questions ont été posées aux femmes de l'équipe de K2 Geospatial.

  • Pourquoi avez-vous choisi de poursuivre une carrière dans un domaine lié aux STEM?
  • Quelle femme oeuvrant dans un domaine lié aux STEM trouvez-vous inspirante?
  • Quelle est votre perception face à la Journée internationale des femmes et des filles en sciences?

Leurs réponses sont toutes plus intéressantes les unes que les autres, et vous observerez que peu importe que l'on soit en accord ou non avec la tenue de cette journée, l'inégalité femmes-hommes dans les STEM doit être adressée.

 

Q1

  • J'ai vraiment découvert la physique à l'âge de 15 ans, et j'ai été impressionné par la quantité de choses qu'elle explique dans le monde qui m'entoure. À partir de ce moment-là, j'ai su que je devais approfondir mes connaissances, et j'ai donc choisi la physique pour mon Bac. La physique a façonné mon raisonnement, ma façon de voir le monde. Elle me permet de toujours essayer de trouver la solution la plus simple et la plus élégante à un problème. Même si, aujourd'hui, je ne fais plus rien qui soit directement lié à la physique, je lui dois d'être là où je suis, tant sur le plan professionnel que personnel.
  • J'ai choisi l'écologie et l'environnement à 17 ans parce que j'avais soif d'aventures et que je suis très curieuse. Ma formation de premier et deuxième cycle en sciences m'a donné une compréhension du monde qui m'entoure et un émerveillement qui ne cesse jamais. Elle m'a aussi donné une urgence d'agir pour protéger notre Terre. Par la suite, la géomatique m'a donné un éventail d'outils et d'approches pour travailler avec les données du territoire. Les sciences ont façonné la femme que je suis et m'ont apporté une richesse de regard et d'analyse que j'applique dans toutes les sphères de ma vie.
  • Mon parcours académique et professionnel m'a permis de toucher à une variété de domaines. J'ai donc indirectement choisi un domaine lié aux STEM. Toutefois, faire partie de l'équipe de K2 Geospatial m'a permis de constater l'impact que les femmes et les filles ont en sciences. Dans un domaine où les hommes représentent la majorité des travailleurs, les idées, les connaissances et les compétences des femmes et des filles peuvent réellement faire la différence.
  • Au début de mes études, je souhaitais oeuvrer dans les sciences naturelles, être dans des laboratoires. Les technologies et l'informatique n'étaient donc pas mon premier choix. Cependant, après cinq années dans le milieu, je suis devenue une passionnée de la techno.
  • J'ai pris la décision de poursuivre une carrière dans le domaine de la géomatique car cela rejoignait mes intérêts. On m'a toujours dit que si je voulais faire quelque chose, je pouvais le faire et je devais donner le meilleur de moi-même. C'est exactement ce que j'ai accompli sans prendre en ligne de compte l'inégalité entre les femmes et les hommes dans ce métier.
  • Dès le secondaire, j'étais attirée vers les sciences et les mathématiques. J'ai entamé un baccalauréat en mathématiques avec l'idée de devenir actuaire. Cependant j'ai décidé de me tourner vers un différent domaine. Je me suis donc retrouvée en géomatique, un domaine dont je n'avais jamais entendu parler avant de décider d'y prendre part.

Q2

  • Toutes les femmes de tous les domaines sont inspirantes.
  • Katherine Johnson
  • Dr. Renee Horton
  • Jane Goodall
  • Farah Alibay
  • Chantal Arguin
  • N'importe quelle femme qui fait sa place dans son domaine m'inspire.

Q3

  • Au cours de mon baccalauréat, j'ai eu l'occasion d'assister à la conférence canadienne pour les étudiantes en physique. J'y ai vu à quel point les femmes sont victimes de discrimination et de stigmatisation dans le domaine scientifique. Et combien nous sommes fortes pour les surmonter et pour inspirer les nouvelles générations de petites filles à poursuivre leur rêve, même si cela signifie faire face à toutes ces choses en cours de route. La vérité est simple, le monde des STEM a besoin de ses femmes. Nous sommes aussi brillantes et parfois même plus résilientes que nos homologues masculins. Les femmes dans les STEM méritent d'être traitées sans discrimination et de bénéficier des mêmes opportunités que les hommes.
  • Cette journée est un rappel de comment les femmes ont été poussées à l'extérieur des sciences et qu'elles ont été mises de côté. L'égalité entre femmes et les hommes n'est pas atteinte. Le fait qu'il y ait des femmes et des filles en sciences ne devrait pas être identifié comme étant exceptionnel. Au contraire, cela devrait être perçu comme étant du régulier/commun.
  • Je trouve important que les femmes et les filles sachent qu'il n'y a pas des limites à ce qu'elles peuvent faire en science. Nous sommes aussi douées que les hommes dans tous les domaines des sciences et technologies. Je pense aussi que le système de la recherche scientifique devra changer dans son fonctionnement pour permettre aux femmes et aux hommes de mieux concilier la vie familiale avec le travail en sciences et ne pas pénaliser les hommes et les femmes qui souhaitent dédier du temps à leurs enfants. La présence accrue des femmes dans les catégories supérieures des systèmes scientifiques ne fera que nous enrichir tous.
  • Inspirer et promouvoir la participation des femmes et des filles à la science devrait être des gestes faisant partie de notre quotidien. Cependant, la journée du 11 février permet de rassembler la communauté internationale et de mettre de l'avant des efforts majeurs de sensibilisation dans le but d'atteindre de plus en plus chaque année l'égalité entre les femmes et les hommes en sciences.
  • Je suis insensible à cette journée, car que je crois qu'il n'y a pas de domaine plus important qu'un autre. Tous les métiers ont un impact et sont essentiels au sein de la communauté. Toutefois, il est évident que l'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas encore atteinte à travers la société. Donc peut-être que des journées internationales contribuent à sensibiliser davantage la population face à des situations particulières.
  • Je crois que la Journée internationale des femmes et des filles en sciences porte du bien. Malgré que l'inégalité entre les femmes et les hommes existe toujours, cette journée est une occasion de rappeler aux femmes qu'elles peuvent faire ce qu'elles veulent, évoluer et réussir.
  • Il y a des inégalités femmes-hommes dans divers domaines et elles ne sont pas au coeur de journée internationale. Porter une telle cause représente poids supplémentaire à la situation et accentue la visibilité de l'enjeu que vivent les femmes depuis plusieurs années dans les STEM. Cependant, ce type de journées peut fournir une plateforme à divers intervenants souhaitant partager leurs opinions et ainsi leur donner une voix.
  • Si la Journée internationale des femmes et des filles en sciences est toujours tenue en 2022, il y a une raison. Peut-être que c'est une manière de sensibiliser la population de l'inégalité présente dans les domaines liées aux STEM, de stimuler la motivation des jeunes filles à poursuivre un métier en STEM, ou encore d'encourager les femmes à faire ce qu'ils aiment et de prendre leur place dans le domaine

 

Retour aux nouvelles